Rudy FIGUERES 

(Entraîneur de l'équipe 1 Seniors)

Rudy intègre le LOU à l'âge de 9 ans, puis il rejoint l'ASVEL en Cadets et en juniors auprès desquels il jouera 6 ans. De retour au LOU à l'âge de 18 ans, il joue en espoir dans un cadre professionnel. Deux ans plus tard il intègre le club de Vienne auparavant en Fédérale 2, puis le RCR en Fédérale 3 pendant 3 ans. Après une année passée avec le RC Dombes. Une carrière de joueur toute aussi remplie que celle d'entraîneur. Anciennement  coach des Cadets et coordinateur sportif des U11 aux U18 du LOU. Il remporte le titre de Championne de France avec les Louves (Fédérale1). Après deux ans en tant que coach des Belascains de l'ASVEL (moins de 21 ans), il entraîne trois ans la réserve des Belascains à Mâcon où il rencontre Alex VERRI. C'est sur cette bonne entente qu'ils se retrouveront tous deux au RCR à entraîner l'équipe 1ère des Seniors.

 

Premièrement félicitations à votre équipe, Alex VERRI et toi pour votre montée en Fédérale 2. Honnêtement, est-ce que tu t'y attendais?

Je ne m'y attendais pas, j'y croyais. Nous avions un groupe riche en qualités techniques et collectives

 

Tu peux être fier du chemin parcouru par ton équipe. Quels sont les objectifs en vue de la saison prochaine?

On ne va pas bouleverser le système. On va chercher à étayer les points forts du groupe, notamment la vitesse et à beaucoup plus déplacer le ballon.

 

Une anecdote?

Alex s'emporte vite.. mon rôle est de le tempérer de manière à garder les gourdes intactes. 

 

Un commentaire sur le match RCR vs RACC (Châteauroux)?

Un premier quart d'heure un peu attentiste; on les laisse jouer, c'est surtout ça qui nous empêche de passer en 1/4 de finale. Malgré tout la volonté de jouer s'est retrouvée dans ce match. Je suis plutôt fier de l'état d'esprit retranscrit cet après-midi.

 

Pour ton équipe?

Merci de la saison que vous m'avez fait vivre. 

 

Ce que tu aimes?

Les bouchons Lyonnais

 

Ce que tu n'aimes pas?

L'anis

 

Un petit mot ?

"Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse."

Nelson Mandela